Vendredi le 14 août Clarenville à Gushue Pond 150 km (total 7926 km)

De forts vents et une lumière défectueuse ont divisé la nuit en une série de petits sommes. La lumière extérieure du centre n’arrêtait pas de s’allumer et s’éteindre, alors il ne faisait pas noir ou clair bien longtemps. Le vent arrivait de tous côtés alors la tente était très bruyante. Nous étions debout vers 7:30 et avons opté pour un déjeuner chez Tim’s. Comme à tout autre Tim Hortons de Terre-Neuve, les locaux n’étaient aucunement pressés de partir et il était possible d’avoir toutes les nouvelles simplement en écoutant. Nous nous sommes stockés en bagels et en lait au chocolat avant de faire face au vent. Il annonce un vent du sud aujourd’hui et nous allons vers le sud-sud-est. Le paysage est très beau car nous sommes en altitude, sur l’isthme rattachant la péninsule d’Avalon au reste de l’île. Le vent était presque dangereux, car il changeait souvent de direction, avec des fortes bourrasques. Il était dangereux d’accélérer deans les descentes car le vent pouvait à tout moment te pousser dans le trafic ou par-dessus le bord. Nous nous sommes arrêtés à la petite ville de Goobies pour un deuxième déjeuner. Pour un Irving Truck Stop, le service était particulièrement lent, alors nous avons perdu du temps avant de retourner sur la route. Le vent posait un défi jusqu’à ce que nous ayons progressé plus loin dans la péninsule. Les routes était bonnes, ce qui rendait le pédalage plus plaisant. Quand nous sommes arrivés au prochain centre d’information, à l’intersection de la roue 100 et de la Trans-Canada, les garçons ont demandé s’il y avait un terrain de camping, mais personne n’en avait à nous proposer. Nous avons soupé chez Monty’s, un kilomètre plus loin. Comme la fin de notre voyage approche, nous avons commandé des cod tongues, fish cakes, fish and chips, et autres spécialités locales. Nous avons fini avec de la crème glacée frite. La serveuse nous a dit qu’il n’y avait pas de terrain de camping dans les environs car la plupart des gens vont simplement dans les carrières environnantes. Nous avons donc continué en cherchant une carrière. Peu après, nous avons du sortir les lumières. Près de la sortie 32, nous avons décidé de débarquer de l’autoroute et trouver un terrain de camping improvisé. Garrett avait entendu dire la veille qu’il y avait auparavant un terrain de camping près d’ici. Comme nous pédalions sur une route secondaire, nous avons vu une bonne place près d’un chemin de VTT. Ça deviendrait plan B si plan A ne fonctionnait pas. Quelques mètres plus loin, une vieille pancarte indiquait un camping plus loin. Quand nous y sommes arrivés, nous avons trouvé un terrain de camping privé. La dame à la réception à dit qu’ils étaient complets, mais qu’ils ne pouvait pas nous laisser dans le noir sur des vélos. Après quelques discussions sur walkie-talkie, ils nous ont trouvé une place derrière la comfort station. C’était parfait pour nous. Nous étions près des salles de bain et avions beaucoup de place à dresser les trois tentes. Nous voici à une journée près d’avoir terminé la traversée de Terre-Neuve et nous sommes encore étonnés par la gentillesse des gens de cette belle province. Après une douche et quelques traites du magasin, nous avons dormi très bien.